librairiemobile

tu consommes - tu pilles la planète

Accueil > textes & archives > Qui est david vial ? un cerveau disponible qui cherche … - septembre (...)

Qui est david vial ? un cerveau disponible qui cherche … - septembre 2010

mercredi 7 février 2024, par dvial

L’archive de cet article est ici : https://librairiemobile.wordpress.com/2014/12/19/qui-est-david-vial-un-cerveau-disponible-qui-cherche/

Qui est david vial ? un cerveau disponible qui cherche …

david vial est-il un fou ? est-il un poète ? est-il un sage ? est-il un idiot ? est-il un imposteur ?

david vial est-il misanthrope ? fait-il peur ?

david vial est-il un doux dingue ? fait-il sourire ?

Souvent copié, longtemps envié, jamais égalé !!!

Et puis, mais d’abord, je le demande : qui c’est david vial ?

david vial c’est moi.

Quand il y a une quinzaine d’années j’ai décidé de limiter au plus strict minimum ma participation au monde, je ne savais pas où cela me mènerait. (quoique quand même un peu)

Par conviction, je refusai d’emblée de prendre part à un système politico-économico-social qui me semblait déjà et s’avère être aujourd’hui (camarades salariés quand donc en aurez-vous assez d’être ainsi traités ??!!) déshumanisant, arrogant et destructeur de planète. Délaissant les ambitions modernes j’ai choisi de me mettre à la marge, un peu en dehors pour mieux voir l’ensemble et observer (et décrire) ce futile et préoccupant théâtre social. Conserver l’usage de mon temps, ne pas travailler, … d’habitude quand on fait ce genre de choix il faut s’attendre à se retrouver seul, sans argent, sans biens ni train de vie, isolé de tout et tous. Dans mon cas, et cela rassurera les biens-pensants, le résultat au bout de quinze ans d’expérience est à peu près fidèle aux prévisions : je vis de pas grand chose, ma famille comme mes proches me rangent dans le tiroir « irrécupérable », je ne possède rien de valeur et le plus fou c’est que je ne compte rien changer à cela.

car s’il n’est pas étonnant de constater ici comme ailleurs, aujourd’hui comme hier que « les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux … » cela ne suffira pas à me faire changer d’avis ! L’important c’est d’être, de faire, de créer, de bricoler une réalité qui paraisse moins pire que celle qu’on dénonce, celle à laquelle on refuse de se soumettre. Pour ma part j’ai le sentiment d’avoir bien rempli mes quinze dernières années : je fais l’écrivain et je donne à lire sur ce site une part de ce que j’écris ; j’ai fait l’éditeur avec les éditions Key Largo ; j’ai fait l’artisan en fabriquant mes livres ; j’ai fait le libraire avec la librairie mobile ; j’ai passé quatre années de mon existence pas loin, avec et autour de l’aventure mix arts myrys puis quatre autres à vivre au fond, avec et depuis terre Blanque ; avec la librairie mobile j’ai divulgué des idées sur les marchés et les foires ; je me suis promené et j’ai croisé des centaines de « gens » : individu-e-s chercheur-chercheuses du quotidien, brebis noires ou moutons blancs, des vieux et des jeunes, des hommes et des femmes toutes et tous mes semblables (?), mes contemporains en tout cas, que j’aime lorsqu’il ou elle est animé par la quête, la curiosité, l’intelligence et que j’exècre lorsqu’il ou elle passe son temps à critiquer, se plaindre ou se moquer …

Aujourd’hui comme on dit j’ai fait mon chemin. Décidant tôt de conserver l’usage de mon temps je l’ai employé au mieux pour comprendre le bordel planétaire ambiant, et imaginer des moyens d’évoluer un peu ; je n’en tire aucune gloire particulière surtout que j’ai croisé sur mon chemin des êtres beaucoup plus radicaux que moi, beaucoup plus en colère encore contre la dictature de la peur et de la compétition de tous contre tous, qui s’installe tranquillement dans la société depuis des dizaines d’années.

Conscient néanmoins qu’il est vain de tenter de convaincre et plus efficace d’agir, d’être soi-même malgré les sarcasmes, j’ai dégringolé la montagne tel un torrent vif et frais en ne me fiant qu’à mon instinct pour avancer, quitte à lasser ou laisser perplexe celles et ceux que j’éclabousse au passage … m’étant constitué une libre pensée grâce aux humains qui m’ont précédé j’ai tenté de faire le relai d’idées passées pour alimenter le présent, en vendant (donnant parfois) des livres, en en stockant pour les sauver, en en écrivant même … j’ai fait le passeur à l’écart des circuits saturés …

77777777777777777777777777777777777777777777777777777777777777777777777

Si toi qui lis cet article tu retrouves un peu de toi dans ce que j’écris ou je vis c’est normal : on est des milliers (voire plus) à penser tout cela sans l’exprimer … il peut suffire de pas grand chose pour basculer hors du système : accepter de ne plus jouer le jeu, refuser de culpabiliser, prendre conscience ; reconnaissons-nous : un sourire peut suffire à cela, récupérons l’usage de notre temps, … organisons-nous en marge pour créer un élan…

david vial septembre 2o1o